Un adjoint de la Ville de Marseille au Régali

vendredi 19 avril 2013 Publié par WICR


Un adjoint de la mairie centrale au Régali



Lors de sa visite au Régalidu 5 février, Samia Ghali, Sénatrice-Maire du secteur, nous avait promis de faire venir un ou des adjoints de la Mairie centrale sur le site. Le 14 février, elle nous amenait José Allegrini, Adjoint à la Prévention des Risques. Malgré le jour et l’heure (un jeudi, à 14h30), les habitants étaient là, conscients de l’enjeu. Pour mémoire : c’est l’adjoint à la Prévention des risques qui donne son avis sur les permis de construire, notamment en fonction de la nature des terrains. 

Merci à Madame le Maire d’avoir tenu sa promesse, mais ce ne fut pas une partie de plaisir… pour lui non plus, sans doute.  Mais lui n’a pas sa maison qui s’ouvre en deux. Il ne voir pas les murs se fissurer. Il n’a pas peur que la colline lui tombe sur la tête… N’ayant pas d’enjeux vitaux dans cette affaire, il s’ennuyait visiblement, n’écoutait pas ce qu’on lui disait, interrompait, ironisait. Avocat de son métier, il se faisait un plaisir d’exposer tous les points sur lesquels la loi ne nous protégeait pas : une vraie leçon d’éducation citoyenne !



Nous lui avons fait faire une visite complète. Nous commençons à y être habitués. En général, les visiteurs, élus, techniciens ou journalistes, sont atterrés et scandalisés. Le seul point qui ait réussi à retenir son attention : La colline qui a glissé sur les maisons en novembre 2011 : ça, c’est de la prévention des risques ! Tout le reste : de la mousse montée par des habitants égoïstes qui voudraient bien être les seuls à profiter de la vue sur la mer… Argument massue : « S’il y a eu des permis de construire, c’est qu’il n’y a pas de risque ». On a donc rêvé la colline qui s’est effondrée sur un immeuble pourvu de permis de construire et la vente des villas (re-permis de construire) annulée parce qu’elles étaient inhabitables.


Détail touchant : il n’avait entendu parler du Régali que par Samia Ghali, au Conseil municipal du 11 février et s’était déplacé au plus vite. Monsieur l’Adjoint ne lit ni les courriers qui lui sont adressés, ni la presse. Il n’a pas connaissance non plus des permis de construire qui sont passés par ses services.
Bref, au terme de cette balade aussi instructive qu’agréable, il promettait de faire étudier le dossier par ses services et d’en faire connaître les résultats sous quinzaine… par l’intermédiaire de la Mairie de Secteur (il ne saurait être question de communiquer directement avec les habitants).




Où en sommes-nous deux mois après ?

- La Mairie de secteur, interrogée par nos soins, nous a dit qu’elle n’avait pas de nouvelles et nous a conseillé de relancer directement le secrétariat de José Allégrini pendant qu’elle en faisait autant de son côté.
- Premier coup de téléphone au secrétariat (jeudi 4 avril : J + 48) : Monsieur Allégrini n’est pas là, il suit personnellement le dossier. On ne peut donc rien nous dire mais on nous rappellera le lundi. Sans suite.
- Deuxième coup de téléphone (mardi 9 avril J +51): Deux secrétaires, successivement. Personne n’est au courant, ni du dossier, ni de notre premier appel. Mais on va interroger les services.

-Troisième coup de téléphone (mercredi 17 avril : J +60) : l’instruction est en cours mais nous sommes surchargés de dossier à traiter. Nous préviendrons la Mairie de secteur quand nous aurons des résultats

A suivre, donc…
Nous ne laisserons pas tomber, Monsieur Allegrini !


Lire les articles de la Provence et de la Marseillaise.
Libellés : , ,