Charte Ville-Port, Ce qu'en pensent nos élus

dimanche 7 avril 2013 Publié par WICR

Charte Ville-Port, Ce qu'en pensent nos élus

 Échanges entre Samia Ghali et Rolland Blum lors du conseil Municipal du 11 février 2013

  • Rolland Blum, 1er Adjoint Mairie de Marseille, porteur du texte au conseil municipal
  • Réponse de Madame Samia Ghali
  • Et enfin, la conclusion de Mr Blum
   
  • Mr Coppola, lui, nous a fait une réponse écrite, à notre lettre ouverte
 
De : COPPOLA Jean-Marc   Envoyé : vendredi 14 décembre 2012 12:27   À : Cap au nord  Objet : RE : Lettre ouverte charte Ville Port 
Madame la Présidente,
J’ai bien reçu votre lettre ouverte et je vous remercie pour la franchise de vos propos et pour vos propositions que je prends en compte
Je vous le dis à nouveau je comprends vos exigences légitimes liées à votre cadre de vie.
Et je souhaite que vous compreniez la position que je défends avec d’autres qui va dans le même sens que vos intérêts, mais avec une donnée plus globale liée à ma responsabilité d’élu, à savoir l’intérêt général et ce à l’échelle du quartier, de Marseille, de la Région et de notre Nation.
Et j’essaie d’être cohérent entre mes propos et mes actes.
Une fois cela dit, je souhaite également que vous appréciez mes prises de position et votes au regard de ma volonté d’agir utilement, car la politique n'est pas seulement une succession de prises de position, c'est aussi et surtout la gestion de la Cité, qui passe par l'action, avec la démocratie comme garantie d'efficacité.
Il serait simple pour moi de voter contre la Charte initialement proposée par le GPMM, par basisme, par populisme, en ne tenant compte que de votre avis, fusse-t-il pertinent, cohérent, et surtout légitime. Avis que je respecte et prends en compte.
D’autres élus se sont opposés ou s’apprêtent à s’opposer  à cette Charte dans d'autres collectivités, mais je ne suis pas certain de leur propre cohérence.
Par exemple, je vous demande de regarder la cohérence de certains parlementaires s’opposant à tel ou tel projet mais votant au Parlement (assemblée nationale et sénat) des lois, des textes, des règlements, des traités, qui prônent l’austérité sociale, environnementale, économique et qui viennent heurter vos propres intérêts particuliers et collectifs.
Il est facile de caresser dans le sens du poil, surtout quand le mécontentement et la colère sont forts.
Il est plus difficile de construire et de proposer une alternative.
Le choix que j’ai fait depuis 30 ans, et qui guide mon engagement, est l’intérêt général et l’utilité. Hors de cela, je n’aurais plus rien à faire en politique.
Pour la Charte, ce qui m’anime c’est de pouvoir répondre à l’urgence sociale et économique liée à l’emploi, au développement industriel et aux déplacements alternatifs à la route.
Et 14 ans de responsabilité à la Région prouvent que nous pouvons arriver à changer des décisions préétablies et réorienter des choix.
L'ambition de la Charte est unique, car cela fait 30 ans que nous n'avions pas vu cela.
Cette Charte devant être compatible avec le bien-être et la qualité du cadre de vie des habitants.
Je sais que depuis des années votre expérience vous amène à de la prudence et même de la méfiance, lorsque le Port décidait seul.
Mais aujourd'hui la gestion est différente, et les collectivités qui financent ont leur mot à dire et nous en usons.
C'est pourquoi, je suis convaincu qu’avec les 6 recommandations que vous connaissez et avec notre présence active dans les lieux de décision (Région, GPMM…), nous pouvons ensemble empêcher les nuisances qui pourraient découler des projets initiaux.
Je souhaite que vous appréciez mon vote au regard de ces éléments.
Je reste ouvert au débat, et serai toujours présent à vos côtés à condition que les intérêts particuliers ne contrarient pas l’intérêt général.
Je pourrais vous raconter de nombreuses anecdotes à ce sujet, comme l’opposition des riverains à la construction d’un lycée neuf, reprochant les nuisances causées par les jeunes. Ce n’est pas comparable avec celles que vous vivez ou que vous redoutez de vivre, mais une société de vivre ensemble doit permettre de gérer des contradictions. Contradictions d’où naissent la lumière et la solution.
Par contre vous soulevez la question du PLU, et là mon opposition est totale et j'ai voté en conséquence, car ce serait un vrai danger pour l'intéret général si le PLU proposé par la Ville de Marseille était mis en oeuvre.
Pour conclure, je veux vous redire que pour moi il est moins confortable d'avoir cette démarche construcutive à la Région - mais je ne cherche pas le confort à travers des responsabiltés politiques - que de voter contre un projet, sans pouvoir vraiment empêcher les mauvais coups, mais je suis persuadé qu’ensemble nous  arriverons à faire respecter les recommandations que nous avons élaborées.
Je reste votre service et à votre dispositions.
Bien respectueusement.
Jean-Marc Coppola