Journées européennes du patrimoine 2011

lundi 10 octobre 2011 Publié par WICR

Journées européennes du patrimoine.

Marchons sous la pluie !

Balade du 18 septembre à Mourepiane


Nous étions 250 à avoir bravé la pluie (pas vraiment diluvienne, mais quand même !) et, apparemment, personne ne l’a regretté. Il faut dire que, un peu débordés par le nombre  l’année dernière, nous avions mis le paquet sur l’organisation, avec des poseurs de panneaux qui se sont décarcassés pour installer et désinstaller à toute allure, au fur et à mesure de la progression du cortège, en passant entre les gouttes … et une sono performante (notre seul investissement en vingt ans d’existence !) imperméabilisée et couvée par son papa Loïc.

  

Etape 1. Montée des pêcheurs
En l’occurrence, c’était une descente et c’est un bel endroit pour évoquer les liens, mouvants dans le temps, que le plateau de Mourepiane a entretenu avec son plateau.




Etape 2. Le Littoral
Clément Lévy, vous connaissez ? Et cette place, qui fut une vraie place de village, Jean-Pierre Eyraud l’évoque mieux personne avec ses fêtes, ses commerces, et son « Roi des esques » Quand à Michèle Rauzier, qui fut de tous les combats, elle était bien placée et pour brosser, documents à l’appui, le portrait d’un voisin souvent gênant : le port de Marseille.



Et oui, 250 personnes sont passées par là pour remonter. Il fallait juste trouver le chas de l’aiguille !

 
Etape 3.- Villa Marie


Les propriétaires, Joëlle et Roger Raous, nous ont accueillis et ont découvert à cette occasion que leur maison avait un nom. Ils nous ont fait visiter leurs rocailles, que Laure Vanysendick a savamment commentées … et certains en ont profité pour tester le confort de notre banc fétiche, faux satin et vrai béton !


Laure Van Ysendyck voudrait dresser un inventaire voudrait dresser un inventaire des rocailles de Mourepiane. Si vous avez des infos pour elle, envoyez-nous un mail !

Etape 4. Villa Eugénie.
La Villa Eugénie n’est plus à présenter. On l’a fait quand même : une maison de campagne modeste, au cœur d’un somptueux domaine, le plus grand de tous les grands domaines de Mourepiane, qui a donné naissance à un petit monde de maisons pleines d’enfants (qui n’ont plus d’école) : le joyeux boulevard Poussardin .



  
Etape 5. Extrémité Poussardin.
Là, il faut bien le dire, on est allé un peu vite ! Il pleuvait vraiment et nous avions peur pour nos précieuses photos de la faune et de la flore. On a quand même admiré le panorama du port et de la falaise du Régali, évoqué la nécessité de protéger cette falaise (plus de 100 espèces de plantes différentes, c’est ce qui se fait de mieux comme biodiversité en milieu urbain )… et certains ont quand même pris le temps de regarder, pendant que Jean-Yves Carreau guettait le moment où il pourrait tout mettre à l’abri !


Au passage, la traverse Trébuchet a éveillé la curiosité mais on a maintenu le suspense : la traverse Trébuchet, c’est une des curiosités de Mourepiane !


Etape 6. Chez Michèle Rauzier.
Une vue splendide et trois expos nous attendaient. Michèle Rauzier a montré au passage le phare Mourepiane dans lequel nous n’avons pas pu aller parce qu’il est en travaux.


- Première expo sur la mer et la vie quotidienne : Max Fontana s’est montré intarissable. La mer, c’est toute sa jeunesse !
- Deuxième expo sur les tuileries et la tuile. Nous avons commencé, avec l’aide de tous, à rassembler un matériel passionnant et Guy Battini a présenté l’idée de créer une association de préfiguration d’un écomusée de la tuile.
- La troisième expo dévoilait, arbre généaologique et portraits de famille à l’appui, le secret de la traverse Trébuchet, toujours habitée par des descendants de la branche maternelle de Victor Hugo : coin salon, expo photos : la maison, la famille Trébuchet et Victor Hugo.


Etape 7.- Chez Dany et Max Fontana
Vue sur la mer et apéro somptueux (il y avait même des limaçons !) un cinq étoiles inespéré compte tenu du budget alloué !



Quelques .V.I. P

Nous avons eu le plaisir de recevoir la visite de ….


Lucien Andréani, doyen de Mourepiane, dont nous avons fêté les 90 ans au mois de mai.

Georges Reynaud, historien des bastides marseillaises.

Malik Benmazouz, représentant le service culture de la Mairie de secteur

…. Et il a été prouvé que même les bébés ont droit au patrimoine !

Libellés : ,