Exposition du 24 juin - Patrimoine au naturel

dimanche 14 août 2011 Publié par WICR

Le Patrimoine au Naturel

Exposition du 24 juin 2011


C’était bien. Mouvementé mais bien.
Mouvementé, surtout pendant la matinée, au moment de l’installation. D’abord parce que nous avons découvert un nid de guêpes sur le jardin d’enfants et qu’il a fallu appeler les pompiers pour le détruire : à ajouter à la faune de Mourepiane !
Mouvementé aussi parce qu’il faisait un Mistral à décorner les vaches et que nous avons eu un mal du diable à faire tenir le tout : l’esthétique de l’expo en a un peu souffert.

Mais enfin, ça tenait et, l’après-midi tout était en place… sous haute surveillance pour refixer au fur et à mesure ce qui s’envolait ! La récolte de documents avait été bonne, grâce à la bonne volonté de tous les Mourepianais transformés en archivistes amateurs.

La flore et la faune de nos collines, et celles de nos jardins, donnaient lieu à une expo photo (Gilles Chabot), commentée par notre botanistes préféré, Jean d’Acquino.

 
 
L’argile et les tuileries, avec des panneaux de photos anciennes et d’articles de journaux à la gloire  des tuileries de notre bassin de Séon…Saviez-vous qu’il existait encore au pied de Mourepiane, dans la zone franche, un petit étang héritier d’un « creux » d’argile ?


…Mais aussi des objets, statuettes, poteries, balustres, et carreaux, tout droit sortis des maisons où il se cachaient.



Une belle collection de tuiles anciennes….



…. Et une collection de tuiles neuves, aimablement fournies par la Tuilerie Monnier, qui montre que les mêmes modèles se sont perpétués à travers les siècles et nous avait permis de reconstituer une extrémité de  faîtière, avec son about et son fronton.


… Et enfin, la famille Trébuchet ! Qui sait encore pourquoi nous avons une Impasse Trébuchet à Mourepiane ? Et que des descendants de cette famille habitent encore Mourepiane ? Ils nous ont aimablement permis d’accéder à leur maison et à  leurs archives, ce qui nous a fourni le clou de l’expo. Sous la forme :
- d’un coin-salon avec portraits de famille,


- d’images de leur belle bastide où nous avons retrouvé les décors de terre cuite chers à notre cœur et d’un arbre généalogique superbe, peint à l’aquarelle par Martine Campos, qui nous a permis de remonter jusqu’à Sophie Trébuchet, mère de Victor hugo !


Avec tous ces éléments accumulés, la visite commentée a été un franc succès.



Elle a été suivie d’une dégustation de fromages de chèvres, affinés à Mourepiane par les soins de Michel Montdor .


… et comme dans Astérix, tout se termine par…




Mais, promis-juré, on n’avait attaché personne dans un arbre ! 

Libellés : ,