Communiqué du Collectif « Laisse Béton » - 5 mai 2011

lundi 16 mai 2011 Publié par WICR

Communiqué du Collectif « Laisse Béton »


Le Collectif « Laisse Béton », c’est aujourd’hui 8 associations fédérées sur le thème de l’urbanisme, qui font le constat d’une absence quasi-totale d’une vision cohérente de l’urbanisme à Marseille, et d’une quelconque prise en compte des avis et des besoins de la population.

La révision générale du Plan Local d’Urbanisme (PLU) a été décidée au début de l’année 2009. Nous en sommes actuellement à la phase du diagnostic, laquelle sera suivie d’un projet d’aménagement et de développement durable (PADD), puis du projet PLU à proprement parler.

Nous considérons que cette révision du PLU doit être l’occasion pour Marseille de se doter enfin d’un véritable outil d’urbanisme et de politique foncière, dans la perspective d’un développement harmonieux et de l’amélioration du cadre et de la qualité de vie des Marseillais, ce qui donnera satisfaction aux habitants tout en favorisant l’attractivité de la ville.

Dans le cadre de cette révision, ce qui est donné en pâture aux citoyens sous le vocable ronflant de concertation, est d’une pauvreté extrême tant les informations communiquées y sont d’ordre très général et donc inexploitables en l’état et inutilisables pour une véritable concertation digne de ce nom.

Or, dans le même temps, le Maire de Marseille continue allègrement d’octroyer des autorisations de construire au coup par coup, sans aucune vision globale, selon les règles d’occupation des sols du POS (Plan d’Occupation des Sols) encore en vigueur, et dont pourtant la plupart sont parfaitement inadaptées en termes notamment de protection et de mise en valeur de paysages urbains remarquables, d’espaces verts, de développement de transports non-polluant, d’équipements publics, etc… bref, en terme tout simplement de développement durable !

Pour le Collectif « Laisse Béton », le tout béton n’est pas la solution d’avenir ! La sur-densification d’espaces urbains déjà saturés (exemple : le projet du boulevard de la Corderie en plein centre), le bétonnage du littoral (exemple : le projet d’un grand hôtel aux Catalans, le projet de constructions d’immeuble de bureaux sur le littoral de Mourepiane), la suppression d’espaces verts (exemples : le projet de parking au Parc Longchamp, ou le projet à Chanterelle), la densification des constructions sur les collines (exemple : immeubles disproportionnés au Roucas, au Terrail, au Vallon de l’Oriol, etc…), ne correspondent pas à un développement équilibré et encore moins à un quelconque développement durable. De quel développement durable les dizaines de milliers de mètres carrés de bureaux vides –et qui ne trouvent pas preneur- peuvent-ils se prévaloir ?  Et l’achat par un promoteur, dans le 16° arrondissement d’un espace classé « espace boisé protégé » ? Et le massacre programmé du massif de la Nerthe avec dizaines d’hectares de conteneurs et le dépôt des déchets de BTP d’Euroméditerranée ?

Les membres du Collectif « Laisse Béton » considèrent que nul n’est mieux placé que celui qui y habite pour connaître les avantages et les insuffisances de son environnement urbain, et donc pour donner son avis sur les règles d’urbanisme qui régiront ce dernier pour plusieurs années.

Contrairement à ce qu’à pu en dire récemment le premier-adjoint de la Mairie de Marseille, ces habitants et leurs associations de quartiers ne sont ni des voyous ni des racketteurs, qui n’auraient pour objectif que d’échanger auprès de promoteurs, leur cadre de vie contre une place de parking !  

La conférence de presse du 5 mai et la manifestation du 14 mai ont pour objectif de  dire au Maire de Marseille les 3 choses suivantes :

-          L’avis des citoyens doit être pris en compte pour l’élaboration du PLU et des règles qu’il comportera ;
-          Les citoyens sont exaspérés par ce qu’ils considèrent être une bétonisation pléthorique et désordonnée qui porte atteinte à leurs cadre et qualité de vie, mais également à l’attractivité de Marseille ;
-          Dans l’attente du nouveau PLU, il convient d’arrêter immédiatement de délivrer des autorisations de construire qui impacteraient des zones déjà saturées ou porteraient irrémédiablement atteinte à la préservation de paysages et d’organisations urbaines spécifiques et remarquables ;    

Le Collectif « Laisse Béton » appelle à un rassemblement devant la Mairie, quai du Port, le samedi 14 mai 2011 à 11 heures, avec la construction d’un mur symbolique gris béton d’une longueur de 12 mètres sur une hauteur de 2,40 mètres.


Fait à Marseille, le  5 mai 2011.

Libellés :