PROJET D’INSTALLATION DE FAMILLES RROMS A LA GUILLERMY (15° arr)

mercredi 7 octobre 2009 Publié par WICR

PROJET D’INSTALLATION DE FAMILLES ROMS A LA GUILLERMY (15° arr)
Prise de position de l’Association « Cap au Nord »



Cap au Nord, association de défense du cadre de vie dans les 15° et 16° arrondissements, tient à faire connaître sa position dans la polémique déclenchée le 1er octobre par la décision préfectorale d’installer des familles Rroms sur le site de l’ancienne gendarmerie de la Guillermy, aux Aygalades.

- En premier lieu, nous nous élevons contre la décision, humainement inacceptable, d’installer des familles dans un lieu en ruines et coupé de tout au détriment de toutes considérations d’hygiène et de sécurité. Nous considérons que ce choix, incompatible avec les conditions minimales d’une vie décente, relève d’un parfait mépris pour les familles en question.

- Nous nous élevons contre la création d’un lieu de relégation supplémentaire dans des arrondissements qui ne comptent déjà que trop de familles en grande difficulté et logées dans des conditions  indignes. La priorité absolue doit être de donner des conditions de vie décente à la population déjà installée dans ces quartiers. L’association Cap au Nord milite en particulier pour la réhabilitation des cités de Ruisseau Mirabeau, promise depuis plus de quinze ans.

- Nous nous élevons contre la politique de pourrissement menée par la Ville de Marseille sur ces quartiers et qui consiste à laisser les lieux se dégrader pour les utiliser ensuite, au gré de ses intérêts et de ses urgences et  au détriment des habitants. La décision concernant la Guillermy est aussi une insulte aux associations qui demandent depuis des années la restauration de la bastide comme un lieu digne de figurer au patrimoine des quartiers nord et capable d’accueillir un de ces équipements publics qui nous font si cruellement défaut.

- Nous affirmons que le douloureux problème de la population Rrom relève de la responsabilité des pouvoirs publics, y compris au niveau européen, et que nous ne les laisserons pas trouver de fausses solutions sur le dos des populations locales, dans les quartiers déjà les plus durement éprouvés.

Pour ces raisons, qui excluent toute attitude discriminatoire ou raciste vis-à-vis de la population Rrom, nous nous déclarons solidaires des habitants, des associations et des élus qui manifestent leur opposition à la décision préfectorale.

Marseille le 7 octobre 2009
Libellés :